Depuis quelques années, le pays fait face à une forte vague d’antisémitisme, en particulier dans les universités. «Il n’y a pas de place pour l’antisémitisme au Royaume-Uni », a déclaré Boris Johnson il y a un peu plus d’un an. Le volontarisme affiché par le Premier ministre britannique faisait suite à l’agression d’un rabbin à Londres et, le même jour, à un défilé de voitures arborant des drapeaux palestiniens dans le quartier londonien juif de Golders Green, au cours duquel l’un des participants avait hurlé sa haine antisémite dans un mégaphone (« F*** les Juifs, violez leurs filles ! »). Cet antisémitisme violent et décomplexé est malheureusement de plus en plus fréquent en Angleterre. Selon les statistiques enregistrées par l’organisation Community Security Trust (CST), le Royaume-Uni connaît en 2021 un niveau record d’actes antisémites pour la cinquième fois en six ans, soit une hausse de 34 % par rapport à 2020 et de 24 % par rapport au précédent record, établi en 2019. Pour 2021, le CST acte une corrélation nette entre le conflit au Proche-O ...

Vous devez être connecté(e)(s) pour accéder au contenu du journal

Je me connecte

Petites annonces

Votre annonce ici ? Ajouter mon annonce

Publicités

Bouton retour en haut de la page