La coalition des huit partis emmenée par Naftali Bennett n'a plus la majorité. Et le Premier ministre israélien n'avait pas anticipé que la crise éclaterait au sein de son propre parti.Dans Monsieur Smith au Sénat, un film de Franck Capra de 1939, James Stewart faisait le violent apprentissage de la politique quand ses rêves de boy scout se déchiraient sous les crocs aiguisés des vieux briscards du Congrès. Mais le « happy end » hollywoodien prévalait et le héros sauvait ses idéaux tout en prouvant qu'il avait lui aussi assimilé les règles cruelles du jeu politique. Idit Silman n'est pas sans évoquer le personnage. La jeune élue de Yamina, qui s'était vue confier par Naftali Bennett la présidence du groupe de la majorité parlementaire, avait été dès le début identifiée par l'opposition de droite comme le maillon faible du dispositif de coalition. Et la pression continue dont elle a fait l'objet – à la Knesset comme à la ville – a eu raison de sa résistance. « Ma décision de quitter la coalition est définitive e ...

Vous devez être connecté(e)(s) pour accéder au contenu du journal

Je me connecte

Petites annonces

Votre annonce ici ? Ajouter mon annonce

Publicités

Bouton retour en haut de la page