A la uneFrance/Politique

Programme de Marine Le Pen : Le protectionnisme isolationniste

« Mon adversaire, c’est Emmanuel Macron. Mon objectif, c’est de battre Emmanuel Macron ». Après sa défaite de 2017 au second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen souhaite bel et bien prendre
sa revanche face au président sortant. En lice pour son troisième scrutin d’affilée dans la course à l’Elysée (3ème en 2012, finaliste en 2017), la tête de liste du Rassemblement national est, selon les enquêtes d’opinion, en bonne posture pour défier l’actuel chef de l’État, le 24 avril prochain.
Un temps cantonnée dans l’ombre d’Éric Zemmour, Marine Le Pen a mené sa campagne dans une certaine sérénité. Moins adepte des « petites phrases » que naguère, elle a voulu être au plus près du terrain et des Français. Au point de mettre au second rang un thème qui lui était cher – l’immigration – pour mettre en avant celui du pouvoir d’achat. À 53 ans, la candidate d’extrême droite prône notamment l’instauration d’un septennat non renouvelable ainsi que l’interdiction des tenues ou signes ostentatoires dans l’espace public. En termes d’immigration, elle souhaite organiser un référendum et milite pour la suppression du regroupement familial tout en exigeant la priorité nationale d’accès au logement social et à l’emploi. À l’international, Marine Le Pen préconise d’affirmer la supériorité des lois françaises sur les lois européennes. Dans le volet économique, elle propose de supprimer l’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans et l’impôt sur les sociétés pour les entrepreneurs de moins de 30 ans pendant cinq ans.

Article écrit par Jonathan Nahmany

Lutte contre l’antisémitisme :
Dans sa quête de dédiabolisation de son parti, Marine Le Pen a pris ses distances avec son père même si le logiciel est identique. Néanmoins, en juillet 2020, elle « salue » la mémoire des victimes de la rafle du Vel’ d’Hiv, dénonçant l’antisémitisme et « les nouveaux prêcheurs de haine » qui « s’en prennent à nos compatriotes juifs ».

Définition de l’IHRA:
«Il est sûr qu’il y a un certain nombre d’antisémites aujourd’hui qui utilisent l’antisionisme pour planquer leur antisémitisme », considère la candidate pour qui « la politique d’Israël doit pouvoir être critiquée ».

Relation France-Israël:
Pas d’annonce spécifique de Marine Le Pen qui ne s’est jamais rendue personnellement en Israël au cours de ses trois campagnes présidentielles. Deux lieutenants de son parti – Nicolas Bay et Louis Aliot – y avaient fait un déplacement en 2017.

Libertés religieuses:
L’invitée à préciser l’une des mesures de son programme visant à interdire l’abattage rituel sans étourdissement en France, elle a déclaré sur i24 : « Bien entendu, à partir du moment où l’abattage sans étourdissement sera interdit, l’importation de viande qui puisse respecter les considérations religieuses, et notamment celles de nos compatriotes de confession juive, pourra être effectuée. Je voulais rassurer tout le monde, parce que je comprends que certains aient pu être inquiets de cette annonce. Donc je leur dis : Rassurez-vous, il y aura bien entendu la capacité de pouvoir importer des viandes qui correspondent aux prescriptions religieuses de nos compatriotes de confession juive ». Quelques jours auparavant, le Consistoire central, avait réagi aux propos de Jordan Bardella, président du Rassemblement national, concernant l’interdiction de l’abattage rituel juif en France : « Ces propos détestables marquent un nouveau palier dans la politique discriminatoire de ce parti déjà coutumier du fait. (…) Le judaïsme est particulièrement attaché au bien-être animal depuis plus de 3500 ans. Il met en garde contre l’atteinte à la dignité de l’homme que constituerait une telle disposition, contraire à la liberté d’exercice du culte, garantie par la Constitution », avait-il indiqué.

Jérusalem, capitale d’Israël ?
Interrogée dans la presse sur sa vision du conflit israélo-palestinien, elle s’est exprimée sur le statut de Jérusalem qui devrait être, d’après elle, sous « protection internationale » pour la « symbolique et l’histoire puissante qui est la sienne ».

Nucléaire iranien:
Face à l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, la candidate du RN est favorable pour avancer sur le sujet tout en pointant que « l’Iran cherche toujours à contourner les limites concernant son programme nucléaire », et affirmant, qu’une fois présidente, elle réclamerait « un strict respect de celles-ci ».

Petites annonces

Votre annonce ici ? Ajouter mon annonce

Publicités

Bouton retour en haut de la page