Après avoir un temps tergiversé, le Consistoire central israélite de Belgique a décidé de déposerune saisine le 30 mars dernier, devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), afin de contester l'interdiction de l'abattage rituel instaurée en Wallonie et en Flandre depuis les décrets de juillet 2017 et d'octobre 2018. Explications et analyse.Pourquoi aller devant la CEDH n'allait pas de soi.Sachant qu'au sujet de l'abattage rituel, toutes les récentes décisions rendues par les cours de justice n'ont pas été favorables aux communautés religieuses, aller porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme représente un risque que la communauté juive a longtemps hésité à prendre. Mais dès lors que la communauté musulmane de Belgique avait décidé de porter l'affaire devant cette juridiction, il devenait en effet compliqué de la laisser faire cavalier seul. D'autant qu'en matière d'abattage rituel, le judaïsme a des exigences plus strictes que l'islam.Avant de porter l'affaire devant la CEDH, le Consistoire central israélite de Belgique a consulté« de façon privilégiée » le Consistoire central de France, précise le grand rabbin Fiszon, responsable, de ce côte-ci de la fr ...

Vous devez être connecté(e)(s) pour accéder au contenu du journal

Je me connecte

Petites annonces

Votre annonce ici ? Ajouter mon annonce

Publicités

Bouton retour en haut de la page