Après une année blanche et l’annulation de ses voyages en Israël, Taglit France espère faire repartir des groupes à partir de l’été 2021. La demande est si forte que Régine Konckier, sa présidente, prévoit le départ de 4000 jeunes au lieu de 2000 jusqu’en décembre. Pour financer ces voyages, une campagne AlloDons aura lieu les 7 et 8 février. Actualité juive : Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur les voyages Taglit en 2020 ?Régine Konckier : Il a été absolument épouvantable. Nous avons dû annuler tous les voyages à partir du mois de mars 2020. Nous avions énormément d’inscrits en France, et partout dans le monde. La déception des jeunes était d’autant plus importante que l’année était déjà particulièrement dure pour eux. Nous sentions à la fois une grande impatience et une énorme tristesse. Quelles sont vos perspectives, cette année ?R.K. : Nous avons l’espoir de pouvoir reprendre les voyages en juillet-août. D’ici là, nous espérons qu’Israël sera complètement vacciné, que nos jeunes auront eu la chance de se faire vacciner et que le pays aura rouvert ses frontières. Taglit est une immense organisation très réactive qui saura s’adapter à toutes les situations. Avant la crise, nous envoyions chaque année 55 000 jeunes du monde entier en Israël, dont 2 000 de France. C’est considérable. Nous prévoyons de faire partir 4 000 jeunes français entre les mois de juillet et décembre 2021. La demande est là, ils n’attendent que cela. Avant l’arrêt des voyages, vous avez organisé en mars 2020 le premier départ d’un groupe de personnes en situation de handicap. C’était une première.R.K. : Oui, c’était fondamental. Taglit s’adresse à tous les jeun ...

Vous devez être connecté(e)(s) pour accéder au contenu du journal

Je me connecte

Petites annonces

Votre annonce ici ? Ajouter mon annonce

Publicités

Bouton retour en haut de la page